Le sel : Pourquoi il ne faut pas en abuser

On commence à bien le savoir, le sel, ce n’est pas bon pour la santé. C’est un élément de notre alimentation qui est assez récent puisqu’il ne date que du Néolithique, c’est-à-dire il y a quelques milliers d’années, alors que l’être humain existe depuis des millions d’années. Il n’a donc rien d’indispensable pour notre organisme. Pourtant, on le retrouve dans nos placards, pour l’assaisonnement, et dans toutes sortes de produits industriels, où il sert d’exhausteur de goût. Cette omniprésence du sel est problématique puisqu’elle est à l’origine de nombreux problèmes de santé. Voyons lesquels.

Quelques précisions sur le sel

Avant de commencer, il faut préciser que ce que nous appelons « sel » dans cet article, désigne le sel de table et celui ajouté dans les aliments industriels et les charcuteries. Il est principalement composé de chlorure de sodium, une source très riche en sodium, un élément indispensable à notre organisme mais dangereux en excès.

En effet, le sodium possède un rôle crucial dans la régulation du volume d’eau à l’intérieur des cellules. Il agit avec le potassium pour maintenir cet équilibre hydrique ainsi que l’équilibre acido-basique de l’organisme. Or, depuis que le sel est utilisé en ajout, dans notre alimentation, l’être humain consomme beaucoup trop de sodium par rapport au potassium. Cela créé un déséquilibre qui est à l’origine de la plupart des effets néfastes sur la santé.

Avant la découverte du sel, et son utilisation en cuisine, les hommes se contentaient de l’apport en sodium des aliments naturels comme la viande, le poisson et les végétaux. Cela était bien suffisant. Depuis, nous consommons jusqu’à 5 grammes de sodium par jour alors que 1,5 grammes seraient largement suffisants. Cela ne répond donc pas à un réel besoin naturel.

Sel et hypertension

La consommation excessive de sel provoque de l’hypertension. C’est un fait qui est largement reconnu et que les autorités sanitaires relayent à travers des messages de prévention du type « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé ».

Le point de départ de cette hypertension est le déséquilibre entre la trop forte consommation de sodium et celle, trop faible, de potassium. Ce déséquilibre entraîne une augmentation de la quantité d’eau dans nos cellules, qui gagnent en volume. Cela créé une pression plus forte dans les vaisseaux sanguins et donc de l’hypertension.

Mais, cela ne s’arrête pas là puisque les études indiquent que l’ingestion répétée d’une trop forte dose de chlorure de sodium provoque des changements au niveau des reins. Ceux-ci ne produisent plus d’hormones de façon normale. Notre organisme retient alors le sodium en plus grande quantité et les cellules attirent encore plus d’eau. L’hypertension s’installe de façon durable.

Rappelons que l’hypertension est l’un des principaux facteurs de risque pour les accidents cardio-vasculaires.

Sel et équilibre acido-basique

Comme nous l’avons vu, le sel contient du chlorure de sodium. C’est une forme particulière de sodium qui pose problème pour le maintien de l’équilibre acido-basique de notre organisme. En effet, l’ion chlorure possède une forte action acidifiante alors que notre corps a besoin de conserver un pH entre 7,38 à 7,42. Lorsqu’il est trop acide, notre organisme va enclencher plusieurs processus pour maintenir son équilibre. Il va, par exemple, puiser certains éléments alcalinisants dans les os, ce qui peut provoquer de l’ostéoporose à long terme.

Mais, une alimentation trop acidifiante augmente également le risque de calculs rénaux et perturbe le fonctionnement de la thyroïde. Des études ont également constaté que l’ingestion de sel provoque un gain de masse grasse et une diminution de masse maigre corporelle.

Comme on peut le voir, une alimentation acide pose donc de nombreux problèmes de santé à long terme. Or, l’alimentation moderne classique est justement trop riche en sel et autres éléments acidifiants. Cela explique en partie le développement de ces maladies dans les sociétés modernes.

Comment réduire sa consommation de sel

En pratique, il faudrait donc réduire la consommation de sel à son minimum, voire la supprimer totalement. Si vous suivez une alimentation saine, comme celle du régime paléolithique, votre apport en sodium est suffisant et vous n’avez aucune raison d’assaisonner vos plats avec du sel. Dans le cas des sportifs, un apport de sodium peut tout de même être acceptable, de temps en temps, pour combler les pertes provoquées par la sudation. Il faudra privilégier, si possible, le bicarbonate de sodium, qui pose moins de problème que le chlorure de sodium.

Par contre, si vous mangez des produits industriels, vous pouvez être sûr que vous consommez déjà bien assez de sodium à travers ces aliments. Rajouter du sel ne ferait qu’aggraver le problème.

Cependant, il vaut mieux réduire votre consommation de sel progressivement, surtout si vous y êtes habitué depuis longtemps. Réduisez petit à petit les quantités afin que votre organisme puisse se sevrer sans être brusqué. Il doit apprendre à fonctionner autrement et il lui faut du temps pour cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page