J’ai testé le régime naturhouse : mon avis !

Voici le récit de ma découverte de Natur’House et de ce qui s’en est ensuivi.

Un triste constat

Un an après ma deuxième grossesse, le bilan était sans appel. J’avais quand même bien déconné.

J’avais 10 bons kilos de trop dont je n’arrivais plus à me débarrasser. Il faut dire aussi que je n’essayais pas trop… Mon alimentation de base reposait principalement sur la charcuterie, les sucreries et les biscuits, le tout arrosé de Coca-Cola. Pour couronner le tout, je suis très difficile et je n’aime que très peu de légumes.

Une visite chez mon médecin généraliste qui m’a conseillé de faire disparaître la bouée de sauvetage qui ceignait élégamment mes reins féconds a constitué un élément déclencheur. Il fallait que je me prenne en main et que je maigrisse.

Quelques années auparavant, j’avais déjà testé la chrono nutrition (ou régime Delabos) qui m’avait pas mal réussi. En gros, on mange de tout mais seulement à certains moments de la journée : le gras le matin, les protéines le midi et les sucres rapides le soir. J’avais perdu 8 kilos en 3 mois. Mais là, je sentais que je n’y arriverais pas toute seule, j’avais besoin de soutien.

Des affiches bien tentantes.

Tout autour de chez moi, des affiches Natur’House fleurissaient, et un jour, j’ai remarqué qu’il y avait une enseigne à deux pas de mon domicile. Je me suis renseignée sur internet et me suis dit : « pourquoi pas ? » Je tente le coup et au pire, si je n’aime pas le concept, j’arrête. Il faut savoir que Natur’House est une franchise qui compte environ 500 centres en France. Du coup, les centres se ressemblent tous quasiment trait pour trait et la méthode est bien sûr la même.

Une diététicienne vous prend en charge, dresse le bilan de votre situation et vous conseille des changements alimentaires qui vont vous aider à perdre du poids. Ils insistent largement là-dessus : il ne s’agit pas d’un régime mais d’une rééducation alimentaire qui aura donc des effets durables. La consultation est gratuite mais vous devez acheter les compléments alimentaires ou les aide minceur qui vous seront prescrits à la fin de chaque séance.

Mon premier rendez-vous

Dès que vous entrez dans la boutique Natur’House, le ton est donné. L’ambiance est médicale. Les diététiciennes sont vêtues de blanc, façon infirmière avec les immondes chaussures façon Crocs qui vont avec. Les murs sont blancs, le sol en plancher clair, les produits vendus sont bien alignés sur les étagères. Le logo Natur’House est partout. L’ensemble est propre, net, professionnel. Ils poussent même le détail jusqu’à diffuser, je ne sais par quel moyen, une subtile mais indubitable odeur de pharmacie. Le message est clair : ici c’est sérieux, on n’est pas des amateurs. On a vraiment l’impression d’aller à un rendez-vous chez le médecin.

Le premier rendez-vous est le plus long. La diététicienne (la mienne était bien sûr, toute jeune, toute mince et toute jolie, histoire que je me sente encore plus sûre de moi) dresse votre bilan personnalisé en vous posant plein de questions sur votre alimentation (effroi palpable de ma conseillère à ce moment), votre mode de vie (sédentaire à tendance immobile), vos attentes (ben maigrir bien sûr !). On définit ensemble un objectif de poids (50kg pour moi).

Ensuite, c’est l’épreuve de la balance : un énorme truc sur lequel on monte en sous-vêtements et pieds nus, et qui est apparemment capable de déterminer votre masse de graisse et votre masse d’eau afin de cibler votre problème principal. Votre poids est ensuite confirmé avec une autre balance avec un système de poids (un peu comme celle pour bébé chez le pédiatre mais en plus grand). Vous aussi vous rentrez le ventre pour être plus léger quand vous vous pesez ? L’humiliation se poursuit par la mesure avec un mètre de couturière de votre taille, de votre ventre, de vos hanches et de vos cuisses.

On se rhabille et on passe aux choses sérieuses : vos recommandations alimentaires. Selon les dires de l’enseigne, celles-ci doivent être personnalisées, mais j’ai l’impression que ce sont un peu les mêmes pour tout le monde.

En gros, les deux premières semaines c’est régime sec : pas de sucres, pas de féculents, très peu de graisses (l’équivalent de 2 cuillères à soupe d’huile par jour). Il faut que le corps comprenne que la fête est finie. Les féculents seront réintroduits très progressivement dans l’alimentation pour ne pas provoquer le fameux effet rebond qui conduit à la reprise de poids. On vous donne même de jolies fiches qui résument tout ça pour vous aider à savoir ce que vous pouvez manger et à quel moment. 

Enfin, la diététicienne prend un air compassé et sort une sorte de carnet d’ordonnance. Appliquée, elle rédige la liste des compléments que vous devrez prendre pendant la semaine. Selon les cas, ou les semaines, il s’agira plutôt de diurétiques ou de brûle-graisses. Ces compléments sont à base de fruits ou de légumes (histoire de justifier le nom Natur’House) et le plus souvent sous forme d’ampoules à boire ou de gélules. Selon la balance magique, j’étais plutôt du côté de la rétention d’eau donc cap sur les ampoules à base d’artichaut, d’asperge et de myrtille avec de réjouissantes et fréquentes visites au pipi-room en perspective !

Munie de la précieuse pseudo ordonnance, vous vous rendez à la caisse où on vous remet vos produits dont la somme, ô miracle, tourne systématiquement autour des 50 euros. On vous donne rendez-vous pour la semaine suivante et voilà.

Quels résultats ?

Quand l’objectif poids est atteint, on entre en phase de stabilisation, histoire de maintenir tout ça en place.

Pour moi, le truc a plutôt bien marché. J’ai apprécié d’avoir un cadre assez strict à suivre et des listes précises d’aliments autorisés ou interdits. En plus, l’élément psychologique du « je paye (assez cher) donc je ne dois pas craquer » fonctionne bien. A chaque fois que j’avais envie de me jeter sur un paquet de biscuit, je me disais que ça serait vraiment stupide de perdre 50 euros pour une petite fringale.

Au fur et à mesure des rendez-vous, on vous donne des fiches pour vous constituer un fichier de référence, et des solutions en cas de débordements (les fameuses journées choc qui doivent suivre les agapes de Noël, Pâques, anniversaires …)

Dernier élément, peut être le plus irrationnel mais sans doute le plus fort, je ne voulais pas décevoir ma conseillère. J’imaginais son air déçu et triste quand je lui avouerai ma faiblesse. Alors je résistais.

Et concrètement ?

Voici mes grilles de progression (du 21/02 au 18/07, soit 5 mois) :

  • Poids : - 11.4 kg
  • Taille : - 11 cm
  • Ventre : - 10 cm
  • Hanche : - 12 cm
  • Cuisse : - 7 cm

Je suis entrée en stabilisation le 23/05, 3 mois après mon premier rendez-vous, et mes séances sont devenues bimensuelles (un peu plus économiques donc).

Aujourd’hui, je pèse 47.5 kg. J’ai pris 2 kilos suite aux orgies gastronomiques liées aux fêtes de Noël, que j’ai reperdus en revenant aux bases de la méthode Natur’House.

Verdict

Je suis bien sûr très satisfaite de ma perte de poids. J’ai pu remettre des vêtements qui étaient remisés au placard de puis bien longtemps et je me sens mieux dans ma peau. J’ose même porter des tenues qui auraient été inenvisageables il y a peu de temps. Les commentaires élogieux de mon entourage ont aussi été bien agréables et m’ont apporté beaucoup de motivation.

Le soutien de la diététicienne (qui m’appelait même parfois pour savoir si j’allais bien et si je n’avais pas envie de craquer) a été une excellente chose, de même que la pression liée au coût de l’opération. Je ne suis par contre pas convaincue de la véritable utilité des compléments alimentaires, brûle graisses, diurétiques et compagnie qui me semblent juste là pour justifier le prix de la séance.

La ré-éducation alimentaire est bien réelle et m’a même permis de goûter des aliments que j’avais classé dans la catégorie « intouchables » et que j’ai fini par apprécier (les cœurs de palmier par exemple). De même, j’ai pris l’habitude de cuisiner avec moins de matières grasses et de manger en quantités plus réduites.

Pour conclure, je dirais à mon avis que Natur’House est une aide bienvenue si l’on veut perdre du poids, à condition que la motivation de départ soit très forte et si l’on est prêt à investir une certaine somme pour arriver à ses fins.


(Mise à jour) : Mon bilan 1 an après

Un an plus tard, je n’ai pas repris de poids. Je suis toujours à 47 kg pour 1 m 52.

Pour être plus exacte, j’en ai repris un peu, notamment au moment des fêtes (je n’ai jamais su résister à l’appel du foie gras). Mais je me suis rapidement reprise en main. J’ai repris mes fiches Natur’house et j’ai de nouveau appliqué à la lettre les conseils :

  • diminutions drastiques du sucre et du gras
  • équilibrage des repas
  • retour aux légumes

Et j’ai perdu tout ce que j’avais repris !

Où en suis-je ?

En règle générale, je mange mieux. Je gère plus efficacement mes apports caloriques et je cuisine plus léger (je ne m’étais jamais aperçue que 2 cuillères à soupe d’huile pouvaient réellement suffire dans une journée !)

Je ne fais pas plus de sport, mais j’essaie de prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur (bon, ça va hein, venant de ma part c’est déjà pas mal …) Je pense aussi refaire une petit cure de drainant qui m’avait fait du bien. Surtout en ce début d’été, étant donné que cela me force à boire (sinon j’ai tendance à oublier, je ne ressens pas du tout la soif, même par 40°C à l’ombre).

Et surtout, je me sens plus sereine face à la nourriture. Je sais que je peux rattraper le coup si je dérape et je pense que je parviendrai mieux à maîtriser mon poids.

Le fait que ce régime ait représenté un investissement m’aide aussi à garder le cap. Je me dis que si je laisse tomber, cela n’aura servi à rien.

Verdict après 1 an ?

Alors, je maintiens mon avis : le régime Natur’house sera intéressant pour les personnes déjà motivées à la base et qui ont besoin d’être suivies pour mener à bien leur régime.

Il ne faut pas s’attendre à des miracles : vous ne perdrez pas de poids en continuant à manger comme avant, ça c’est sûr. Mais si vous êtes décidé à entamer une réflexion sur votre alimentation et à revoir certaines de vos habitudes, cette méthode peut vous convenir.

Personnellement, je n’aurais jamais eu la motivation d’entreprendre ce travail seule. La présence de la diététicienne a été une aide précieuse (eh oui, je ne voulais pas la décevoir … mon bon fond qui remonte …) C’est vrai que les compléments alimentaires que l’on nous fait acheter ne me paraissent pas d’une grande efficacité, mais c’est une manière comme une autre de faire payer les séances.

Toutefois, je veux bien reconnaître que, selon la personne sur laquelle on tombe, le boulot puisse être plus ou moins efficace.

Donc, pour moi, Natur’house reste une bonne expérience.

Et vous, avez-vous tenté le coup avec eux ? Quels ont été les résultats à long terme ? Avez-vous repris du poids ?

A l’année prochaine pour un nouveau bilan !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page