Mes 5 astuces pour réussir son régime

Alors, non, ma récente perte de 10 kilos ne me fait pas devenir experte en perte de poids. Néanmoins, mon expérience peut éventuellement aider l’un d’entre vous. Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail d’une lectrice suite à mon dernier article, je lui ai donné quelques trucs qui avaient fonctionné pour moi. Je me suis donc dit que j’allais partager ces astuces avec toi aussi. Comme ça, pas de jaloux ! Et surtout, si ça a fonctionné pour moi, peut-être que ça t’aidera également.

Ce ne sont que des astuces, on relativise, ce n’est pas ça qui te fera perdre du poids. Ça pourra simplement t’aider à t’y mettre, rester motivé.

1. Choisir le bon moment

Petite mise en situation : commencer aujourd’hui à 3 semaines des fêtes de fin d’année -> pas nécessairement la meilleure des idées

Tout comme juste avant un examen, en plein moment de stress au boulot, séparation avec ton partenaire etc… Et oui, la toute première étape a son importance. Quand tu es stressé, malade, que tu as l’esprit occupé, tu ne peux pas te concentrer sur ton régime. Oui revoir sa façon de manger demande un effort particulier, car soyons honnête on prend rarement du poids en faisant une orgie de brocolis vapeur et concombre nature. Souvent tu as de mauvaises habitudes qu’il va falloir perdre petit à petit.

Et là, j’en vois quelques uns qui se disent : oui mais ya toujours un truc : un anniversaire, un week-end. C’est pas faux, mais à un moment, faut savoir si t’es motivé ou pas. Et si tu lis jusqu’au bout, tu vas voir que l’un n’empêche pas l’autre. (teasing au sein même d’un article… c’est beau)

2. Ne pas être pressé

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Oui j’ai l’âme littéraire aujourd’hui. Si tu espères perdre 6 kilos en un mois voir moins, à part en mettant ta santé en danger, ce n’est pas réaliste. Je prends le parti de dire qu’il vaut mieux perdre lentement mais sûrement et surtout durablement. Histoire que tout le travail fourni ne soit pas à recommencer 4 mois après. Il faut y aller en douceur, bien se rappeler qu’il y aura des paliers. Haaaa ces pu**** de palier de me***. Ces semaines où malgré tous tes efforts tu ne perdras pas de poids ou peu. Tu n’y échapperas pas, c’est comme ça. Il faut du temps au corps pour s’adapter. Donc ce n’est pas la peine de se priver 3 fois plus la semaine suivante, à part te rendre zinzin et risquer de te voir te ruer sur le 1er pot de nutella que tu croiseras, ça ne servira pas à grand chose. Prends ton mal en patience. La perte de poids va continuer.

3. S’autoriser des craquages

Et oui ! Pour moi, c’est la base de mon rééquilibrage alimentaire. Que ce soit l’apéro le samedi soir, un resto avec des copains, un goûter gourmand en famille, j’ai besoin de manger de temps en temps des aliments riches, gras, sucrés. Tout simplement parce que j’aime ça.

Personnellement, je suis partie en week-end avec des copines, je n’ai mangé aucun fruit ou légume du week-end (sauf si le citron vert des caïpirinha compte). Alors oui, cette semaine là j’ai repris un peu de poids (mais pas tant que ça au final), mais bon sang, j’ai vécu, j’ai profité, j’ai été moi. Le lâcher prise, tant qu’il est momentané, n’est pas grave. Il ne se passe pas une semaine sans que je pioche dans ma réserve hebdomadaire de points weight watchers.

Mon astuce pour « craquer mais pas trop » quand j’ai une grosse fête ou gros week-end en perspective : je m’autorise à manger/boire ce que je veux à la seule condition où je ne me gave pas (si c’est pas tous les week-ends évidemment). Réussir à m’arrêter de manger, reconnaître la satiété, c’est déjà énorme comme effort. Ça peut paraître bête, mais ça n’est pas venu tout seul. Je reprends mon alimentation équilibrée dès mon retour à la maison.

Il faut aussi accepter qu’il y a des semaines/mois où on n’est plus dedans, on n’a d’autres préoccupations. On a parfois besoin d’un choco-câlin après une journée compliquée.

4. Faire du sport

Et oui, pas de miracle. Ça n’est pas obligatoire mais ça aide énormément. Ne serait-ce pour le temps rien que pour toi que ça te donne. Il y a plus d’une fois où je suis allée à l’entraînement de running non pas animée par l’envie de battre un record mais juste par la perspective de passer 2h sans pleurs, juste entre adultes.

Alors oui, tout le monde n’a pas l’envie, le temps, l’argent pour faire du sport. Ça peut tout simplement être marcher d’un bon pas pendant 1h ou 2 le week-end. Ou pourquoi pas aller à la piscine un soir après le boulot ou pendant ta pause déj. Ça peut être aussi le soir chez toi, faire 1h de vélo d’appartement devant ta série préférée.

Ce que j’aime dans le sport, c’est que pendant que je me dépense, mon esprit divague. Je ne pense à rien. Et ça, ça fait du bien au moral. Alors si en plus, ça sculpte le corps et que ça dépense des calories, c’est du bonus !

5. Que l’alimentation pendant le régime corresponde à ton alimentation habituelle

C’est l’astuce un peu nouille mais qui pour moi a son importance. A quoi ça sert de perdre du poids en ne mangeant que des carottes ? A part t’en dégoûter et reprendre du poids quand tu vas reprendre ton alimentation d’avant. Je n’aime pas les régimes restrictifs. Au mieux, certains sont efficaces pendant la durée du régime. Mais que se passe-t-il après ? Que se passe-t-il dans la vraie vie ? Car oui, dans la vraie vie, tu manges de tout (ou presque).

Donc OUI mange ce que tu aimes, va au resto, prends un apéro ! Vis bordel ! Tu mettras peut-être quelques semaines/mois de plus pour perdre ces maudits kilos mais au moins, tu les auras perdus en étant toi, donc moins de risques que tu les reprennes après.

Tu détestes faire à manger ? Ne te force pas, trouve des équivalents dans ton supermarché. Les rayons surgelés sont tes nouveaux meilleurs copains avec leurs purées de légumes en tout genre.

Alors effectivement, si ton alimentation de base, c’est de manger un Maxi Best Of 3 fois par semaine, que ton seul effort de la semaine soit de tenir la porte à une vieille dame, voir de courir après ton métro (ce qui est con et dangereux…), je ne peux que te conseiller de modifier ton alimentation. Mais on se comprend. Du moins, je l’espère.

Bonus : être soi

Voilà donc les petits secrets de ma « réussite ». J’ai commencé mon rééquilibrage alimentaire avec Weight Watchers fin mars 2018. Ma fille avait un mois, c’était trop tôt pour certains. Moi, je me sentais bien, en pleine forme. J’étais motivée. En juin, juillet, août, j’ai mis mon régime en pause. Je déménageais, j’avais un peu de mal à gérer la vie avec mes 2 canailles à la maison, bref, je n’avais pas la tête à penser à ce que je mangeais. J’ai tout de même continué de faire un peu attention, j’ai stabilisé.

Depuis la rentrée, j’ai repris sérieusement avec des moments de flottements car comme tout le monde, j’ai des soucis, l’envie de bouffer (oui parfois je bouffe, je ne mange pas, pour te dire à quel point c’est bof). Il n’empêche à mon dernier bilan, j’affichais un très joli -10kilos. 8 mois. C’est peu, c’est beaucoup. Je ne sais pas. On s’en fout. C’est simplement le temps qu’il m’a fallu. J’ai été moi : j’ai bu l’apéro (souvent), j’ai mangé McDo de temps en temps mais j’ai aussi couru 2 fois par semaine, j’ai fait à manger (parce que j’adore ça).

J’apprends à m’accepter davantage chaque jour. Pour moi, je réussis ma perte de poids, les kilos s’envolent, sans me priver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page