Festival éco-ludique au Palais Longchamps

Par Marseille CityPost | publié le 29/10/2014 à 15h00
Festival éco-ludique au Palais Longchamps

France, Cambodge, Afghanistan, Benin, Inde, Mali… Un échantillon du champs d’action de l’association GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnements et Solidarité). Alors pourquoi les Marseillais connaissent aussi peu cette ONG créée chez eux il y a près de 40 ans ? C’est sans doute ce qui a poussé les membres du GERES a organisé la fête de la solidarité climatique, le 25 octobre au Palais Longchamps de Marseille. Mathieu, un CityPoster de l’ONG, nous avait invité.

France, Cambodge, Afghanistan, Benin, Inde, Mali… Un échantillon du champs d’action de l’association GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnements et Solidarité). Alors pourquoi les Marseillais connaissent aussi peu cette ONG créée chez eux il y a près de 40 ans ? C’est sans doute ce qui a poussé les membres du GERES a organisé la fête de la solidarité climatique, le 25 octobre au Palais Longchamps de Marseille. Mathieu, un CityPoster de l’ONG, nous avait invité.

Au programme, des activités légères et ludiques comme des ateliers compost et recyclage de légume ou une expo photos. Le tout pour présenter les objectifs et les missions réalisées par le GERES : préserver les ressources naturelles, améliorer les conditions de vie des populations et créer des filières économiques pérennes, en lien avec ces valeurs. Les serres bioclimatiques développées en Mongolie par l’ONG en sont le parfait exemple.

Grâce à l’énergie solaire et à une meilleure gestion de l’eau et des sols, ces serres permettent de cultiver et de stocker les récoltes tout en préservant l’environnement. Une agriculture durable qui attire l’attention des professionnels de la région PACA.

GERES a donc lancé une campagne de crowdfunding pour introduire ce système efficace et propre dans la région. Une maquette était présentée pendant la fête pour sensibiliser le public à ce nouvel outil.

Aujourd’hui basée à Aubagne, l’association GERES regroupe 200 personnes qui travaillent au développement et à la promotion des nouvelles technologies eco-responsables. Un sujet qui devrait résonner tout au long des mois à venir avec l’approche de Paris Climat 2015, conférence internationale qui vise à trouver des solutions pour limiter les changements climatiques.

0 Commentaire(s)

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Se connecter