Proposé depuis trois ans en plein coeur de la période des vacances scolaires, le cycle baptisé « Éloge de l'Autre » propose un riche programme d'expositions, conférences et spectacles en tous genres. Initié par le Centre social et culturel municipal, ce cycle est également enrichi par une série de projections, de sorties et de marathon photo. C'est au coeur de la cité médiévale, entre les murs silencieux d'une Chapelle des Capucins entièrement rénovée que le public est invité à découvrir l'un des aspects du patrimoine culturel gardois et de son histoire profonde.

Des histoires de résistances qui se déclinent au travers d'une exposition proposant des documents rares et quelques photographies chocs : celles de l'organisation des maquis en terres cévenole, de la résistance dans les principaux villages gardois et des modes de vie sous l'Occupation. Une résistance qui s'était également traduite quelques siècles plus tôt par l'imprégnation du culte protestant sur l'ensemble du département, et plus spécifiquement en Vaunage ainsi qu'en Petite Camargue. Ainsi, le Gard a été le témoin privilégié de l'éclosion d'un riche patrimoine bâti entre le XVIe et le XIXe siècle.

Aigues-Mortes, cité de Saint-Louis, associée à l'image du départ pour les croisades, ouvre également une fenêtre sur l'Ordre de Malte, à travers la présentation de trois saisissantes maquettes des bateaux « Le Santa Anna », « Le Protecteur » et « Le Singe », réalisées par Jean Julhès. Scindé en deux branches dès 1530 avec la naissance de la Réforme, l'Ordre de Malte poursuivra sa quête spiritelle de préservation des lieux saints, dans le respect des cultes catholique et protestant. Une exposition initiée par Olivier Urb et son équipe, qui a reçu le soutien du Conseil départemental du Gard, de l'intercommunalité et de la Ville d'Aigues-Mortes.

Interview : Jean-Claude Campos (adjoint au maire d'Aigues-Mortes, délégué à la Culture, aux Festivités, au Jumelage et au Patrimoine communal)." />

Aigues-Mortes : protestantisme, résistances gardoises et Ordre de Malte sous les lumières de l'Éloge de l'Autre

Par Christophe Chay | publié le 12/04/2017 à 17h10

Proposé depuis trois ans en plein coeur de la période des vacances scolaires, le cycle baptisé « Éloge de l'Autre » propose un riche programme d'expositions, conférences et spectacles en tous genres. Initié par le Centre social et culturel municipal, ce cycle est également enrichi par une série de projections, de sorties et de marathon photo. C'est au coeur de la cité médiévale, entre les murs silencieux d'une Chapelle des Capucins entièrement rénovée que le public est invité à découvrir l'un des aspects du patrimoine culturel gardois et de son histoire profonde.

Des histoires de résistances qui se déclinent au travers d'une exposition proposant des documents rares et quelques photographies chocs : celles de l'organisation des maquis en terres cévenole, de la résistance dans les principaux villages gardois et des modes de vie sous l'Occupation. Une résistance qui s'était également traduite quelques siècles plus tôt par l'imprégnation du culte protestant sur l'ensemble du département, et plus spécifiquement en Vaunage ainsi qu'en Petite Camargue. Ainsi, le Gard a été le témoin privilégié de l'éclosion d'un riche patrimoine bâti entre le XVIe et le XIXe siècle.

Aigues-Mortes, cité de Saint-Louis, associée à l'image du départ pour les croisades, ouvre également une fenêtre sur l'Ordre de Malte, à travers la présentation de trois saisissantes maquettes des bateaux « Le Santa Anna », « Le Protecteur » et « Le Singe », réalisées par Jean Julhès. Scindé en deux branches dès 1530 avec la naissance de la Réforme, l'Ordre de Malte poursuivra sa quête spiritelle de préservation des lieux saints, dans le respect des cultes catholique et protestant. Une exposition initiée par Olivier Urb et son équipe, qui a reçu le soutien du Conseil départemental du Gard, de l'intercommunalité et de la Ville d'Aigues-Mortes.

Interview : Jean-Claude Campos (adjoint au maire d'Aigues-Mortes, délégué à la Culture, aux Festivités, au Jumelage et au Patrimoine communal).

0 Commentaire(s)

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Se connecter