Au Ciné 102, l’immigration et l’intégrisme traités dans deux films primés à Cannes Le fi lm « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako est une fiction tirée de faits réels. En juillet 2012, dans la ville d’Aguelhok au Mali, un couple est placé dans deux trous creusés dans le sol en place publique, puis lapidé.

Dans ce village contrôlé par des hommes, leur unique faute a été d’avoir eu des enfants hors mariage. Le fi lm sera projeté à partir du 21 novembre. «Hope » de Boris Lojkine traite de l’immigration, En route vers la lointaine Europe, Hope rencontre Léonard. Elle a besoin d'un protecteur, il n'a pas le coeur de l'abandonner. Dans un monde où personne ne fait de cadeau, ils vont tenter d'avancer ensemble, et de s'aimer. Rendez-vous pour découvrir le fi lm à partir du 14 novembre.

Le Festival s’adresse à un public de tout âge. Il fait appel à tous les sens et à toutes les disciplines, venez découvrir toute la richesse de cette 23° édition à partir du 5 novembre." />

23° ÉDITION DE « L’AFRIQUE À BAGNOLS »

Par TVSud Magazine | publié le 5/11/2014 à 15h50

L’AGRICULTURE FAMILALE AU COEUR DE LA 23 ° EDITION DE L’AFRIQUE A BAGNOLS DU 5 AU 21 NOVEMBRE

L’association « Peuples Solidaires Bagnols » réitère une nouvelle fois son rendez-vous annuel au centre Leo-Lagrange pour partager avec chacun d’entre nous la culture et les richesses du continent africain. 2014 a été déclaré par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et la nourriture) comme année internationale de l’Agriculture Familiale.

L’association bagnolaise se joint à cette initiative et en fait le thème de cette 23° édition.

En France, la fédération Peuple Solidaire mène depuis toujours des campagnes de sensibilisation au développement et aux échanges entre les peuples. Les actions entreprises par les bénévoles bagnolais sont majoritairement en direction du Burkina Faso. Elles se caractérisent par un programme économique divisé en trois parties : la gestion des ressources naturelles, le développement de l’agriculture et l’élevage. Pour partager leurs actions et leur vision de l’Afrique, les bénévoles créent en 1992 une grande fête, où le continent est représenté dans toute sa diversité : artisanat, littérature, conte, théâtre, danses traditionnelles, cinéma, musiques sont le terreau fertile de cette grande messe devenue incontournable dans le paysage culturel bagnolais.

L’Afrique à Bagnols : programmation pluridisciplinaire
et enjeux solidaires Le grand marché d’artisanat traditionnel se tiendra du 7 au 9 novembre au centre culturel Leo Lagrange. Batiks africains, bijoux, instruments de musique,
poteries, les stands d’artisanats seront multiples dans une ambiance festive et colorée. Un point restauration enchantera vos papilles avec des spécialités culinaires salées et sucrées. Pièce de théâtre, conte, concert, ciné s’enchaineront tout au long de la semaine. Le conte « Neda » de Saïdou Pacotogo ouvrira l’édition 2014 du festival le 5 novembre à 15h à la Pyramide. Il traite de l’évolution de l’homme en passant de son rapport avec la société en poursuivant par son égoïsme naissant aux rythmes de la musique traditionnelle.

Le 6 novembre à 18h à la médiathèque l’auteur Eugène Ebodé revient cette année avec son dernier livre « Souveraine Magnifique » qui revient sur le massacre rwandais. L’apéritif de lancement et le vernissage de l’exposition de Michelle Durix auront lieu le vendredi 7 novembre à 18h au centre culturel. Les animations et ateliers pour petits et grands ne manqueront pas, comme avec l’artiste burkinabé Bogolan ou l’art et la manière de créer à partir de ce qui nous entoure. Ahamada Smis et les adhérents de l’association Mosaïque en Cèze présenteront leurs créations musicales slams. La danse et les percussions seront au rendez-vous avec l’association Ananka. Le thème de l’agriculture familiale et sociale sera abordé avec le documentaire "Jus d'orange, une réalité acide", courtmétrage de Meriem Lay. La projection sera suivie d'une conférence par Marc Dufumier, agronome et professeur à AgroParistech, il a parcouru le monde pour étudier les méthodes agricoles des pays du Sud.
Au Ciné 102, l’immigration et l’intégrisme traités dans deux films primés à Cannes Le fi lm « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako est une fiction tirée de faits réels. En juillet 2012, dans la ville d’Aguelhok au Mali, un couple est placé dans deux trous creusés dans le sol en place publique, puis lapidé.

Dans ce village contrôlé par des hommes, leur unique faute a été d’avoir eu des enfants hors mariage. Le fi lm sera projeté à partir du 21 novembre. «Hope » de Boris Lojkine traite de l’immigration, En route vers la lointaine Europe, Hope rencontre Léonard. Elle a besoin d'un protecteur, il n'a pas le coeur de l'abandonner. Dans un monde où personne ne fait de cadeau, ils vont tenter d'avancer ensemble, et de s'aimer. Rendez-vous pour découvrir le fi lm à partir du 14 novembre.

Le Festival s’adresse à un public de tout âge. Il fait appel à tous les sens et à toutes les disciplines, venez découvrir toute la richesse de cette 23° édition à partir du 5 novembre.

0 Commentaire(s)

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Se connecter