David Carpio répète à longueur d’interviews, envers et contre tous les clichés sur "la sangre" (le sang), qu’il ne suffit pas de "naître". Conscient de la valeur d’une transmission familiale dont il assure la pérennité avec un grand respect, il n’en affirme pas moins qu’il faut aussi travailler la technique vocale, et étudier l’ensemble du répertoire flamenco.
David Carpio a donc la tête bien faite, et ne manque en outre ni d’intégrité, ni de personnalité, ni de technique vocale. Son premier album, "Mi verdad", en témoigne éloquemment. Le titre fait sans doute allusion au fait que le cantaor y affronte vaillamment la redoutable épreuve de l’enregistrement en direct, sans la moindre correction - en l’occurrence lors d’un des précieux récitals programmés en 2013 au Palacio de Villaviciencio par le Festival de Jerez.

Mi Verdad, un spectacle de cante traditionnel, impeccablement accompagné par Manuel Valencia, dans un style pour le coup très idiomatique, à la manière de Parrilla de Jerez surtout por Siguiriyas.

Texte Claude WORMS - COPYRIGHT sur fichier texte." />
25 Mar 2015

DAVID CARPIO et MANUEL VALENCIA / MI VERDAD / FLAMENCO

¡ Une exclusivité du festival flamenco de Toulouse !

Signature de l’album après les récitals

Classer un héritier de l’une des dynasties cantaoras les plus illustres de La Plazuela, les Carpios ("Chalao el Viejo", Manuel "Garbanzo"...) parmi les artistes du renouveau de l’art flamenco jérézan peut sembler légèrement paradoxal. C’est que David Carpio partage avec quelques autres cantaores de sa génération, tels Jesús Mendez ou David Lagos (que nous avons déjà accueilli à l’espace Croix Baragnon), la volonté de ne pas se laisser enfermer dans une tradition.
David Carpio répète à longueur d’interviews, envers et contre tous les clichés sur "la sangre" (le sang), qu’il ne suffit pas de "naître". Conscient de la valeur d’une transmission familiale dont il assure la pérennité avec un grand respect, il n’en affirme pas moins qu’il faut aussi travailler la technique vocale, et étudier l’ensemble du répertoire flamenco.
David Carpio a donc la tête bien faite, et ne manque en outre ni d’intégrité, ni de personnalité, ni de technique vocale. Son premier album, "Mi verdad", en témoigne éloquemment. Le titre fait sans doute allusion au fait que le cantaor y affronte vaillamment la redoutable épreuve de l’enregistrement en direct, sans la moindre correction - en l’occurrence lors d’un des précieux récitals programmés en 2013 au Palacio de Villaviciencio par le Festival de Jerez.

Mi Verdad, un spectacle de cante traditionnel, impeccablement accompagné par Manuel Valencia, dans un style pour le coup très idiomatique, à la manière de Parrilla de Jerez surtout por Siguiriyas.

Texte Claude WORMS - COPYRIGHT sur fichier texte.

0 Commentaire(s)

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Se connecter